أضيف في 23 أبريل 2013 الساعة 04 : 18


Les échos du quai......... Un patrimoine à protéger


 

Gérer le risque décisionnel par la maîtrise de l’information

Abderrahim Elharras

  pour marobleu.com

Le chemin à suivre consiste à comprendre que l’usage durable est un tout, y compris l’assimilation et la conservation du savoir-faire des pratiquants, et toujours se rappeler que même si les inégalités sont et continueront d’être présentes, elles peuvent être moindres dans la mesure où les pêcheurs qui sont familiarisés avec ces zones pêche, sont jaugés à leur juste valeur et que leurs connaissances survivent malgré la dynamique commerciale liée à la mondialisation.   La raison en est que les limitations de capture sont parfois fixées à des niveaux trop élevés pour garantir la pérennité des stocks et que, dans un certain nombre de cas, ces limitations sont insuffisamment appliquées.
     Au cours des dernières années, des limitations de l’effort ont été introduites pour certaines pêcheries en vue d’un renforcement des limitations de capture, et des plans de reconstitution pluriannuels ont été mis en place pour certains stocks de façon à établir des limitations de capture annuelles dans l’optique de parvenir à la pérennité en réduisant progressivement la mortalité par pêche.  L’absence de maîtrise effective des captures et de l’effort de pêche ne fera qu’accélérée  l’épuisement des ressources halieutiques. Cet épuisement est incompatible avec l’objectif de la politique commune de la pêche visant à assurer une pêche durable dans la

Communauté. Les savoirs locaux sont de plus en plus sollicités dans les démarches scientifiques interdisciplinaires ou dans des exercices de gestion de  la nature. Il s'agit d'étudier la place conférée aux savoirs empiriques détenus par les pêcheurs et la manière dont ces savoirs favorisent ou
non la reconnaissance de ce groupe social d'usagers. Ainsi, peut-on analyser à travers trois démarches, une perspective historique, une enquête ethnographique et un questionnement interdisciplinaire, le rôle majeur que détient, dans les politiques environnementales, le domaine de la connaissance. De plus, si peu d'informations sont encore disponibles pour mesurer, si oui ou non, la co-gestion aboutit à de meilleurs résultats en terme écologique, en terme sociologique, elle est porteuse d'un changement important.

   Les groupes sociaux acteurs autour de la nature ne sont plus seulement considérés comme des usagers mais comme des " experts " potentiels.  Tenir compte des facteurs sociaux dans les écosystèmes appelle non seulement à des théorisations interdisciplinaires mais aussi à des exercices de co-gestion entre les scientifiques et les usagers des ressources naturelles. Des écologues s'intéressent aux savoirs empiriques dans le cadre d'une meilleure connaissance des milieux ou d'espèces spécifiques. Se joue alors un nouvel enjeu de reconnaissance sociale et de légitimité portant sur les connaissances détenues.  Les différentes mesures de ces connaissances ainsi que ceux qui détiennent les clefs de ces mesures vont donc avoir une influence grandissante dans les politiques environnementales. Dans un tel contexte, la démarche du sociologue peut contribuer à la recherche d'un compromis, accordant une place réelle aux savoirs locaux, hors d'une comparaison utilitariste avec les savoirs scientifiques et basé sur une complémentarité évidente. Les défis interdépendants qui s'adressent tant au développement qu'à l'environnement dont notre Avenir à tous avait présenté la menace en 1987 sont toujours d'actualité, comme le sont les défispolitiques associés. La connaissance des liens entre environnement et développement et ses impacts sur le bien-être humain, acquis au cours des deux dernières décennies, peuvent être utilisés de manière efficace comme des outils de transitions vers un développement durable.   Aujourd'hui, le moment est venu de s'engager plus en avant dans une transition vers un développement durable soutenu par des institutions bien gouvernées, innovantes et tournées vers les résultats, qui seule pourra répondre de manière efficace aux défis environnementaux, en particulier les plus persistants.

Arrivée au bout de ce parcours, nous voulons conclure en mettant en exergue certains éléments de notre réflexion. Au regard des crises qui se posent à l’humanité aujourd’hui, nous avons insisté sur le fait que notre manière d’être au monde est appelée à changer. C’est un défi essentiel pour notre temps. Un défi majeur, certes, mais il ne va pas de soi de le relever: nos résistances au changement nous retiennent captifs de nos habitudes.

 L’analyse approfondie de certaines de ces résistances au changement nous a permis de mettre en lumière, entre autre, la centralité de la question du désir.  Cela nous aide à mieux comprendre également la tiédeur et la défaillance de notre action et de notre réponse à la crise socio-écologique. Considérant cela, et comprenant la spiritualité de façon très large et comme espace intérieur de liberté où l’être humain se pose la question du sens de la vie et oriente son désir, nous avons montré que le champ spirituel est important à prendre en compte dès lors que l’on veut proposer des solutions à la crise socio-écologique.  Pour toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté





voulant œuvrer à plus de justice sociale, la question du désir est un champ d’action important dans lequel la spiritualité a toute sa place.  Nous pensons que plusieurs angles d’approche sont nécessaires et complémentaires pour trouver des solutions à la crise : économique, technologique et scientifique, politique, etc.  Nous estimons cependant qu’aborder aussi la crise dans une perspective spirituelle permettrait d’ancrer nos réponses de manière plus assurée.

 C’est donc un cheminement d’ordre intérieur, personnel et spirituel que nous voulons encourager, c’est à un processus de conversion que nous voulons inviter : conversion du cœur et conversion de notre mode d’être au monde.  Ce cheminement spirituel ne nous exempte cependant pas de nos responsabilités pour faire advenir un changement d’ordre structurel et politique.  Bien plus, il nous y pousse et nous permet de découvrir le sens des orientations à lui donner

 «Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est même de cette façon que cela s’est toujours produit.»...Margaret Mead.

 « La plus grande découverte de ma génération est que l’être humain, en changeant son mental et son attitude intérieure, peut changer tous les domaines de sa vie.

 William James........

 Pour que la cogestion fonctionne, les intervenants doivent être en mesure de laisser de côté leurs intérêts individuels pour atteindre des objectifs qui répondent aux besoins de l’ensemble. Ceci sous-entend le concept de gestion et de protection de l’environnement pour les générations de demain. Il existe maintenant des cadres juridiques à l’échelle internationale et nationale qui permettent d’établir un nouveau régime de gestion des pêcheries en fonction des principes de développement durable.

 Aujourd’hui, des initiatives sont en cours à l’échelon national pour moderniser les services maritimes et la gestion des ports et pour s’occuper des sources terrestres de pollution marine. Il reste beaucoup à faire pour appliquer les cadres juridiques dans la pratique. Pour illustrer l’engagement politique de collaborer avec tous les pays du monde à la réalisation du développement durable.   En même temps, à l’échelle nationale, le gouvernement doit faire participer tous les membres de la communauté d’intérêts maritimes du Maroc à un dialogue significatif visant à élaborer la Stratégie de gestion des des pêcheries de sa zone économique exclusive.  Le débat sur la Stratégie de gestion des pêcheries doit aborder entre autres les cadres économiques, socio-politiques et culturels, ainsi que les valeurs qui animent un vaste éventail d’intérêts. L’avenir du développement interne est conditionné aussi par la survie des ressources marines et aquatiques en général.  Nous ne pouvons plus nous satisfaire de l’image d’une profession en bataille en train de bloquer les ports, même si cela traduit un mécontentement légitime. Nous devons savoir, aussi, imprimer l’image d’une profession capable de proposer, de construire, et trouver d’autres moyens de nous faire comprendre, d’autres moyens d’avancer, d’autres moyens de nous organiser pour obtenir gain de cause.  La méthode contestataire, même si elle est utile, doit être complétée et enrichie par une véritable force de proposition constructive. Pour autant le but ne change pas, il est, et a toujours été a le même :

  Faire notre métier, pouvoir en vivre, avoir envie de le transmettre à nos enfants et à d’autres personnes qui souhaitent faire le plus beau métier du monde.

 Pour quasiment l’ensemble des métiers de la pêche, nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins. Notre secteur économique et social est menacé dans quasiment l’ensemble de ses métiers. Les petits métiers côtiers, peu médiatisés, n’en restent pas moins victimes de conflits d’usages dans la bande côtière pouvant mettre en péril leurs activités.   Pourtant, le tableau n’est pas si noir que ça et même s’il y'a de quoi décourager certains, il ne faut pas oublier tous les atouts qui sont les nôtres.

  Pour plus d'information consultez le lien ci-joint:

   http://lapeche-sentinelle-maroc.blogspot.com

 






 

تنويه قبل اضافة اي تعليق :  الرجاء من السادة القراء ومتصفحي الموقع الالتزام بفضيلة الحوار وآداب وقواعد النقاش عند كتابة ردودهم وتعليقاتهم. وتجنب استعمال الكلمات النابية وتلك الخادشة للحياء أو المحطة للكرامة الإنسانية، فكيفما كان الاختلاف في الرأي يجب أن يسود الاحترام بين الجميع

و قبل ذلك اعلم أن العقول ثلاثة مستويات

عقول كبيرة تناقش الافكار

عقول متوسطة تناقش الاحداث

عقول صغيرة تناقش الاشخاص

صنّف نفسك ، و......اضف تعليقاً

  اضغط هنـا للكتابة بالعربية

لمراسلاتكم اتصلوا بنا على البريد الالكتروني التالي : marocbleunews@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

أضف تعليقك على الخبر
* كاتب التعليق
* عنوان التعليق
  * الدولة
* التعليق



تحية للبحار* بقلم حاميد حليم *

جمعية الاعمال الاجتماعية لموظفي وزارة الصيد البحري بين الاداري و الجمعوي

يا وزارة مكلفة بقطاع الصيد البحري لا لعقلية السفينة، فليس الموظف بحري

ما موقع المادة 19 من قانون الوظيفة العمومية في حادث الاعتداء على مندوب الصيد البحري بالمضيق

نحن و القانون

قهوة بطعم الازمة

ابواق بحارة و مستخدمي شركة اومنيوم المغربي للصيد بطانطان،تحجب الشمس بالغربال

خريجو مؤسسات التكوين البحري ........ الضابط و المضبوط.

المغرب الازرق تفتح صفحاتها للاقلام المهتمة بالمجال البحري

قطاع الصيد البحري ،قرن من التخلف